Devenez membre aujourd’hui, mais ne commencez à payer qu’en janvier

François Mazure:

« Reprendre le sport, ça me fait un bien fou ! »

Selon François Mazure, courir les 20 km de Bruxelles, ça ne s'improvise pas ! François nous parle d'une vraie réussite grâce à son coach de l'Aspria, Lyes, qui lui a redonné goût au sport et à propos duquel il ne tarit pas d'éloges. Ce jeune papa, fan de disciplines collectives, retrace avec nous son parcours sportif, jusqu'à la ligne d'arrivée des 20 km de Bruxelles...

« Les 20 km, ça ne s'improvise pas ! Pourtant c'est quelque chose que je voulais faire depuis longtemps... C'est une belle expérience. On sent que les gens sont là pour s'amuser, c'est bien organisé. On découvre Bruxelles autrement : par exemple, courir dans les tunnels qu'on a toujours empruntés en voiture, c'est super ! Tout cela me donne envie de recommencer l'an prochain et d'améliorer mon résultat. J'ai compris que faire ce genre de sport seul, sans un encadrement, peut représenter un réel danger pour les articulations, les muscles, et qu'il ne faut pas considérer le fitness autrement que n'importe quelle autre discipline sportive. »

Lorsqu'il s'agit de se remettre au sport, il existe des causes qui sont plus motivantes que d'autres ! Réussir à courir les 20 km de Bruxelles en 1h46 minutes en est une ! Tout cela sans se mettre en danger au niveau physique et tout en soutenant cap 48, l'opération de solidarité qui vient en aide aux personnes handicapées en levant des fonds pour la recherche médicale et l'amélioration des conditions de vie des personnes atteintes. C'est avec enthousiasme que François Mazure, journaliste à la RTBF, et actuellement présentateur et éditeur en chef de l'émission “7 à la Une”, nous parle de cette expérience vécue aux côtés de ses collègues, dans une ambiance qu'il décrit comme une grande fête de 40 000 participants, et qui représente le plus grand événement sportif de Bruxelles.

Premier amour : le basketball

« Le sport a toujours fait partie de ma vie. J’ai commencé le basketball à l’âge de 8 ans et j’ai grandi avec cette balle orange en rêvant de NBA. Et puis, il y a eu les études universitaires, le journalisme et l’entrée dans la vie active. Pendant dix ans, je suis parvenu à combiner le travail et la compétition de basket, mais en 2013, une blessure vient arrêter tout ça. Lors d’un match, je me déchire les ligaments latéraux du genou et je dois arrêter net toute activité. Après plusieurs mois de rééducation, le genou est de nouveau opérationnel mais le mental n’y est plus. Les réalités de la vie quotidienne, le travail, mon petit garçon qui grandit, font que je n'ai plus jamais retrouvé la même motivation et le même plaisir à faire du sport. Je me suis inscrit dans toutes sortes de salles, mais ça devenait vraiment une contrainte de m'y rendre. Quand j'ai recommencé à l'Aspria, j'avais un objectif : atteindre les 20 km. Grâce à cet objectif ainsi qu'à des conditions d'entrainement idéales, faire du sport est redevenu un plaisir. »

Les 20 km de Bruxelles

« Quand on se remet au sport, il y a toute sortes d'obstacles et de pièges dans lesquels on peut tomber. Une blessure, ou encore le découragement, parce que l'on commence trop fort, trop vite. Ça peut aussi être le fait de mal s'entrainer et de développer de mauvais réflexes.

Alors que pour la plupart des sports on ne commencerait pas sans au moins prendre quelques cours, le fitness, la course à pied, ou encore la musculation, sont des disciplines sportives dans lesquelles les gens se lancent sans aucune notion. Ils commencent du jour au lendemain et commettent beaucoup d'erreurs. »

L'importance de l'encadrement

« J'ai eu la chance d'être accompagné par Lyes, qui un athlète de formation. Lyes fait un suivi parfaitement individualisé, il n'y a jamais eu deux entrainements les mêmes. Il adapte chaque entrainement à la personne qu'il entraine mais aussi à l'objectif et c'est ça qui est chouette. On ne s'ennuie jamais ! On pourrait penser que la course à pied c'est prendre ses baskets et courir. Mais moi j'ai compris avec Lyes qu'il y a toute une préparation qui est vraiment importante. On a fait de la pliométrie pour renforcer les articulations et l'ensemble des muscles importants pour la course à pied. On a également fait de la réflexologie, de l'endurance, de la prise de masse musculaire. Toutes ces étapes de préparation ont permis d'aborder ma course à pied en évitant les blessures et en étant le plus efficace possible en très peu de temps.

L'appui d'un vrai coach professionnel, ça change tout ! J'ai pu, en très peu de temps, atteindre des objectifs que seul, je n'aurais jamais pu atteindre. Je pense d'ailleurs que je me serais blessé : il n'a suffi que d'une fois, sans coach, pour que je m'entraine mal, et une contracture m'a suivi pendant trois semaines. Si je n'avais pas été dans les meilleures conditions grâce à Lyes, je pense que je n'y serais pas arrivé. Pour moi c'est une expérience complètement réussie. J'ai réalisé un temps (1h46 min) qui était bien au-delà de mes espérances ! »

Aspria Pro

« J'apprécie particulièrement l'Aspria pro, une sorte de gros check up de son état de santé, basé entre autres sur une prise de sang. C'est une autre manière de se fixer un objectif : on a l'âge de son coeur, et une bonne idée de sa forme physique en général. L'idée c'est d'augmenter ses capacités, de perdre un peu de poids, de faire attention à l'aspect nutritionnel, aussi. C'est très chouette parce qu'on se redonne rendez-vous six mois plus tard pour comparer. C'est très motivant, ces résultats chiffrés, -et donc très objectifs-. »

Un nouvel élan

« J'ai repris goût au sport, j'ai recommencé de manière répétée et suivie et je vais continuer ! J'ai pris conscience de son importance, pas seulement au niveau de la santé physique mais aussi au niveau de mon équilibre au travail, ainsi qu'au niveau de mon équilibre familial. Je dors mieux et j'ai plus d'énergie.

Depuis trois ans j'ai des nouvelles responsabilités professionnelles qui peuvent générer stress et fatigue, et on a parfois tendance, à tort, de croire que si l'on est fatigué, faire du sport nous fatiguera encore plus. Pourtant le sport c'est une énergie qui apporte de l'énergie ! Le stress dont on se libère c'est surtout celui qu'on ne ramène pas à la maison. On relativise certains tracas et on se libère des tensions négatives. Ça me fait un bien fou ! »

Le club représente vraiment une aubaine pour mes enfants !

Joëlle Scoriels