Garantie de satisfaction de 90 jours

Découvrez comment une simple visite à la salle de sport peut vous aider à combattre la dépression

Il a été démontré que l'activité physique prévenait et contribuait à traiter un large éventail de problèmes de santé mentale. Kate Cracknell examine les résultats de la recherche dans ce domaine.

Nous connaissons tous très bien le facteur bien-être du sport : autrement dit se rendre à la salle de sport dans un état léthargique et en ressortir revigoré tant sur le plan physique que mental. Si les médias parlent à juste titre des nombreux bienfaits du sport, notamment son rôle dans la prévention du diabète de type 2, de certaines formes de cancer, de maladies cardiaques, etc., pour être honnêtes, la plupart d’entre nous sommes davantage motivés par ses bienfaits immédiats.

Le sport procure un sentiment de bien-être immédiat.

Je sais pour ma part que je vais à la salle de sport principalement pour me sentir bien. Pas pour avoir une meilleure apparence, être plus en forme, ou perdre du poids - ce sont des bonus bien entendu - mais simplement pour me sentir mieux, être plus heureuse, plus énergique, moins stressée instantanément. Ce sont des bienfaits immédiats que je ressens à chaque fois que je m’entraîne.

Et je ne suis pas la seule. Une étude réalisée par MIND, une association caritative pour la santé mentale basée au Royaume-Uni, révèle que 83 % des personnes interrogées font du sport pour se remonter le moral ou réduire le stress, tandis que 7 utilisateurs de salle de sport sur 10 ne présentant pas de problèmes de santé mentale estiment que leur bien-être mental serait affecté par l'absence d’activité physique.

Mais qu’en est-il de ceux qui souffrent vraiment de problèmes de santé mentale ? Peuvent-ils également profiter des bienfaits psychologiques de l'activité physique ? La réponse est oui, bien que les effets ne soient probablement pas aussi immédiats. Examinons les faits.

Les études montrent que l'activité physique réduit le risque de dépression.

Les problèmes de santé mentale constituent un enjeu majeur de santé publique à travers le monde : les données de 2016 suggèrent qu’une personne sur six a connu un problème courant de santé mentale au cours de la semaine précédente, le problème le plus répandu étant un mélange de dépression et d’anxiété. WHO estime de son côté que la dépression sera la deuxième plus grande cause de décès prématuré et de handicap à travers le monde à l’horizon 2020.

C’est un problème majeur qui ne cesse de croître. Cependant, les bienfaits de l'activité physique ont été prouvés à maintes reprises : les études montrent que les personnes physiquement actives ont jusqu’à 30 % de risques en moins de développer une dépression.

À l’inverse, ces données suggèrent également que les personnes atteintes de maladies mentales sont généralement moins actives que le reste de la population, et que cela peut en soi contribuer à leur maladie. Ainsi, une étude parue dans le British Journal of Psychiatry indiquait que les personnes qui « n’étaient pas actives dans leur temps libre étaient deux fois plus susceptibles de souffrir de symptômes de dépression que les personnes les plus actives. Plus les personnes pratiquent une activité physique dans leur temps libre, moins elles ont de risques d’être déprimées ».

Le sport peut être utilisé pour traiter la dépression

Il y a également de bonnes nouvelles pour les personnes souffrant de dépression.

Une nouvelle étude dirigée par Mei Sui de l’University of South Carolina aux États-Unis, publiée en 2017 et basée sur 15 ans de données, a révélé qu'une bonne santé cardiorespiratoire pouvait contribuer à prévenir le décès prématuré des hommes souffrant de dépression. Cette étude a constaté que les hommes ayant une santé cardiovasculaire moyenne avaient 46 % de risques en moins de décéder de toute cause pendant la période d’étude de 15 ans que ceux présentant les moins bons niveaux de santé. Les hommes en très bonne santé avaient 53 % de risques en moins de décéder prématurément.

L'activité physique peut aider les personnes souffrant de stress post-traumatique (SSPT) et de schizophrénie

L’University of Manchester au Royaume-Uni a pour sa part effectué des recherches sur des domaines spécifiques de la santé mentale. Elle a publié l'année dernière des études montrant que des programmes sportifs personnalisés de 10 semaines pouvaient réduire de manière significative les symptômes des premiers épisodes de psychose chez les 13-35 ans et que l'activité physique aérobie pouvait considérablement aider les personnes souffrant de la maladie mentale à long terme qu’est la schizophrénie. Les autres groupes de population peuvent par ailleurs également en bénéficier. Un grand projet de recherche mené en 2015 à Sydney en Australie a conclu que des programmes sportifs personnalisés et ciblés constitue un élément essentiel du traitement des troubles de stress post-traumatique. De même, une étude publiée dans la revue Psychology & Health en 2013 a montré que les femmes enceintes auparavant inactives constataient une amélioration notable de leur humeur dans le cadre d’un programme d’activité physique de quatre semaines. D'autres études menées ces dernières années ont montré que l'activité physique pouvait augmenter les messagers chimiques améliorant le bien-être physique et mental et contribuer ainsi à soulager le stress, à réduire l'anxiété, à augmenter la confiance et l'estime de soi et à améliorer l’humeur.

 

 

Les médecins pourraient prescrire une activité physique aux personnes souffrant de dépression

Bien que les médecins aient tendance à prescrire des antidépresseurs avant la pratique d’une activité physique, cette étude montre à quel point cette dernière peut être efficace pour traiter les maladies mentales.

Dès 2004, un rapport du Chief Medical Officer du Royaume-Uni concluait que l'activité physique pouvait et devrait être prise en compte pour ses effets à la fois préventifs et thérapeutiques dans les cas de dépression et d’anxiété.

Mei Sui, Directrice de recherche de l’étude de l’University of South Carolina susmentionnée, souligne que même une forme physique moyenne est associée à un risque inférieur de décès. Ainsi la prescription d’une activité physique aux personnes atteintes de problèmes de santé mentale, en particulier de dépression et d’anxiété, pourrait considérablement réduire les décès prématurés. « Nos découvertes soulignent l’importance de promouvoir l’activité physique pour maintenir une bonne santé cardiorespiratoire chez les personnes rencontrant des difficultés émotionnelles », déclare-t-elle.

L’activité physique a des bienfaits sur la santé mentale de tout le monde

Il est évident que toute personne souffrant de dépression, d'anxiété ou de tout autre grave problème de santé mentale devrait consulter un médecin et en aucun cas pratiquer l’automédication sans l’avis d’un professionnel de la santé.

Cependant, qu’elle soit prescrite en association avec un traitement médical ou comme alternative aux médicaments, l’activité physique joue clairement un rôle important pour traiter les problèmes de santé mentale et/ou prévenir leur apparition.

Et pour ceux d'entre nous qui se sentent simplement un peu à plat après une longue journée de travail, la sécrétion d’endorphine, les « hormones du bonheur » libérées lors de l’entraînement, vaudra toujours la peine de se rendre à la salle de sport.

Demande d'Infos.

Un membre de notre équipe vous recontactera dans les plus brefs délais afin d'organiser une visite personnalisée.